Cie du fil à retordre

Au commencement, Anouck Wroblewski et Hugo Varret créèrent 1 numéro. De cirque. De 7 minutes. Ils en furent contents. Puis, ils dirent : «il faut qu’un spectacle soit ». Et le spectacle fut. Ils le nommèrent « T’emmêle Pas ! ». Ils virent que le spectacle fonctionnait, alors ils montèrent une Cie. Et la nommèrent « Du Fil à Retordre ». Le Fil représentait ce lien entre le haut et le bas, entre les hommes, le « A » représentait la première lettre de l’alphabet et le commencement de toute chose. « Retordre » comme le « re » de la répétition et de l’apprentissage, de l’acquisition de la sagesse et le tordre, comme la force de l’esprit qui modèle la réalité … ils quittèrent leur école de vie « Arc en Cirque », un monde nouveau s’ouvrait à eux.

Premier jour : sur leur chemin, ils rencontrèrent et travaillèrent avec d’autres artistes. Ainsi, Mounira Djafar et Elisabeth Desbois se joignirent à la caravane, et apportèrent leur soutien administro-informatico- communicatif.

Ils se dirent, qu’il fallait un spectacle déambulatoire. Une forme simple, qui allait vers les gens. Et qui leur proposait d’échapper quelques secondes à la réalité. Ils firent la déambulation « Voyage Discount ».

Deuxième jour : ils se demandèrent, d’où ils venaient. Ils cherchèrent et ils trouvèrent des traces des premiers spectacles de rue. Alors, pour se rappeler cette expérience brute, ils créèrent « Aori Musculus ». Et ils virent que cela était bon.

Troisième jour : ils rencontrèrent deux nouveaux compagnons sur le chemin : Héloïse Rodot et Guillaume Lamour. Ensemble, ils décidèrent de faire un hommage bienveillant et satirique du cirque traditionnel, là d’où ils venaient. Ils produisirent le spectacle « Les Spécimens ».

Quatrième jour : ils découvrirent deux lieux : l’un, devant servir à abriter tous les trésors qu’ils avaient accumulé ces derniers jours, et l’autre, un château au bord de la Loire, devant leur servir à essayer. De ces essais naquit « La Collection Privée de Mr Tuesday ». Un hommage aux premiers forains et aux Cabinets de Curiosités. Pour faire ce spectacle, ils rencontrèrent d’autres Compagnons : Roch Robaglia, Alexandre Varnière, Loren Deguitre, et Thomas Saby.

Cinquième jour : Anouck, à la recherche de la connaissance, décida de se former à l’Art de la marionnette. Et, aidée d’un barde nommé Timothée Naline, elle créa « Contre Temps ». Un spectacle musical poétique qui s’interroge sur la fin de la vie et liens trans-générationnel.

Hugo, de son côté, retrouva un ancien compagnon de jeu, Brian Henninot. Et ensemble, ils se questionnèrent sur la forme plutôt que le fond. Ils entrèrent dans une création méta-dramaturgique. Et ainsi, «RE... » naquit.

Sixième jour : il manquait à la cohorte un compagnon. Alors, ils interrogèrent les habitants de la sphère dramatico-culturelle. Ils trouvèrent alors Laura Oger.

Ils décidèrent de joindre toutes les personnes qu’ils avaient rencontrées ces derniers jours et ensemble, ils créèrent « Nouvelle Aube ». Un spectacle immersif dont les visiteurs sont acteurs et héros.

Septième jour : c'est demain, on ne va pas vous spoiler.