Les Hommes penchés une manière d’être au monde – décentrée, attentive aux à-côtés, jamais tout à fait stabilisée.

Le laboratoire mobile une manière de faire et de s’organiser. La trentaine d’artistes et de techniciens compagnons des Hommes penchés sont issus du théâtre, du cirque, de l’image, de la lumière, du son. Les rassemble un même désir d’échanges et d’expérimentations, aussi, une même manière de concevoir leur vie dans l’art et l’art dans la vie. Par nomadisme d’équipe, rencontres, circulations, partage des énergies, des savoirs et des compétences, décloisonnement permanent des disciplines, des langages, des lieux, des genres et des gens.

Du théâtre documentaire de Cet homme s’appelle HYC, aux pièces de cirque Espèces et HUMAN (articulations), des performances multimédia S.B.I.P et 5/5=1 au parcours pour jardin Les Éclaireurs, des poèmes La Course au désastre et Les Constellations, au théâtre sonore des Repas HYC et au music-hall avec Les Chansons HYC, les membres du laboratoire mobile, régulièrement, se retrouvent, et écrivent la suite de leur histoire protéiforme.

Une aventure, une rencontre, mènent à d’autres collaborations désirées, découvertes, désirs coïncidents, les projets s’inventent et les œuvres se déclinent, aux marges des étiquettes, hors formats standard.

Toujours, l’écriture est au centre du geste déployé les Hommes penchés portent parole, disent ce qu’ils pensent, vivent, traversent du monde, ce qui les bouleversent, ce qui les amusent, se font caisse-de-résonance des maux, ritournelles et mots d’ordre de l’époque. Toujours, la question du corps est au cœur de la représentation. Dans l’espace, se tracent les figures de son infinie résistance et de son infinie fragilité, corps de tensions et de passions, écartelés, mis-en-danger, surexposés, mais aussi corps d’impulsions, conquérants, bondissants et rebondissants. D’équilibres instables en entreprises vertigineuses, à l’impuissance nul n’est tenu.

L’association, l’échange et la transmission portent l’histoire de la compagnie c’est une manière de procéder, une éthique, qui se poursuit aujourd’hui sous la forme de compagnonnages artistiques et techniques.