Sous l'impulsion d'Emilie Olivier, le travail de la compagnie se nourrit aux racines du jeu de l'acteur physique. La pratique conjointe du clown et de la danse butoh sous-tend l'importance donnée à l'improvisation, à la qualité de présence scénique, au jeu longue durée, à la métamorphose totale de l'acteur.

Mais le texte n'est pas absent de tout cela avec un goût pour l'improvisation verbale, le boniment, le parlé-chanté.

L'écriture in situ, l'exercice de la carte blanche tout comme les projets de territoire existent aujourd'hui de plus en plus dans les expériences de Midi à l'Ouest.

Enquête préalable, "inventures" sur-mesures, formes à géométrie variable, frottement de l'art et du territoire, personnages populaires naïvement philosophes sont les arches de nos fabrications théâtrales en espace public.