Les Frères PEUNEU

On pourrait croire, comm’ ça, au premier abord,
Qu’il s’agit là d’une histoire d’idiots méchants,
D’imbéciles furieux qui n’ont rien d’attachant,
Si ce n’est d’être liés à leurs désaccords !
 

Branlants, trébuchants, l’un l’autre se chevauchant,
S’ils se bousculent c’est pour s’attirer encor
Dans l’hilarant pugilat de leurs corps à corps;
D’abord exaspérants, ils deviennent touchants !
 

Il faut bien voir, sous les frasques picaresques,
Le théâtre empêtré d’une tendresse émue
Où la querelle en fin en amitié se mue !
 

Perçant le caoutchouc d’un condom burlesque,
Ils ont fait un enfant pour lui donner le jour…
Ces deux-là, au fond, ne nous parlent que d’Amour !
 

Bernard Boussillon, Maître ès Peuneus