Compagnie(s) :

« Une idée fixe aboutit à la folie ou à l’héroïsme”. Impossible de ne pas se remémorer cet aphorisme de Victor HUGO lorsque l’on évoque la quête obstinée du sucrier en inox par notre héros (et que l’on entre subséquemment “citation héroïsme” dans un moteur de recherche). Comment, en effet, ne pas retrouver dans ces quelques mots condensés, la gloire et le grotesque de Denis DUBRANAIS, un anonyme précipité au cœur d’une prophétie par des forces qui le dépassent et condamné à affronter l’hypermarché en pleine heure de pointe ? Sa poursuite le plonge au plus profond de cet univers ; un univers qui a ses propres règles auxquelles personne n’échappe, un univers qui nous avale et nous nourrit les uns des autres dans un même va-et-vient perpétuel entre mastication et déglutition, un univers désormais ouvert le dimanche et les jours fériés ce qui est quand même bien pratique quand on travaille.

Au cours de ses pérégrinations, du luxuriant rayon fruits et légumes aux désolées contrées de l’animalerie, Denis croisera l’Infâme Guylaine, grande prêtresse déchue de l’allée produits frais, l’omniscient Devin du pôle sécu, le fier peuple Free-gan, sauvage gardien des poubelles, et bien d’autres personnages mythiques. Certains l’assisteront dans sa recherche du sucrier en inox, d’autres le combattrons implacablement mais tous, avant tout, auront à cœur de faire d’incroyablement bonnes affaires en profitant d’offres exceptionnelles.

La prophétie du sucrier en inox, c’est une fresque épique, absurde et délirante dans un lieu du quotidien, un plongeon dans de l’heroic fantaisy à prix discount où tout peut arriver lorsque l’on croit tous très fort à ce qui est écrit sur l’emballage.