Région/Pays: Île-de-France

La cie mkcd est une compagnie de théâtre, contemporaine.

On aime ce qui émeut, mélange, atteint. On ne vise pas que le cerveau, aussi l’intelligence du corps, du ressenti : la connexion entre la théorie et le vécu, le qui fait mal et/ou qui fait rire. On plante des graines, ou des clous, dépend du moment, sur qui / dans qui veut bien.

Nos spectacles sont des histoires pour le théâtre, des fictions. L’histoire c’est le sol sur lequel on marche. C’est écrit presque comme on parle, c’est important. Il n’y a ni gentils ni méchants, mais des personnes qui pensent faire au mieux dans les circonstances qui les animent.

Il ne s’agit pas d’un théâtre d’apitoiement, mais d’un théâtre politique. Nos spectacles sont toujours traversés par un monde plus grand qu’eux. Dorénavant, on les crée pour l’espace public, pour qu’ils y résonnent. Ça commence avec notre cycle Des révoltes.

On souffle sur les braises. On ne les éteint pas, on n’a pas de réponse définitive ; on met au jour. On n’est pas au-dessus du public, on ne l’éduque surtout pas ; on est au même endroit, juste de deux côtés différents.

On focalise les regards et l’écoute sur  l’arrivée de la parole. Quand elle n’est pas réflexive, quand les mots surgissent, ricochent, appellent la réponse.

La place principale est aux actrices et acteurs, dans leur singularité, leur manière d’être. Il n’y a pas d’endroit où se cacher, ni son épingle du jeu à tirer, pas de hiérarchisation des rôles. On cherche à trouver le plaisir du jeu commun.

Le plaisir, c’est un point de départ de notre travail, et une destination. Le plaisir de créer, de travailler ensemble, de montrer. Pas la fierté, le plaisir. Le plaisir qui rencontre le plaisir qu’on a à aller voir un spectacle. Il faut qu’on prenne du plaisir.