SITE FACEBOOK

Dans un premier temps, la compagnie a orienté son travail vers le cirque de création pour le jeune public avec le désir de formuler pour celui-ci une écriture circassienne contemporaine spécifique. Pour cela, Coline Garcia oeuvre à la construction de pièces circassiennes très ancrées dans la réalité en plaçant ses processus de création proche d’un travail ethnographique. Les pièces de la compagnie s’appuient donc sur des propos très proches du quotidien des enfants et prend forme au coeur de scénographies brutes, minimales. L’axe majeur des créations jeune public de la compagnie est donc de proposer une esthétique dénuée de naïveté, capable de stimuler l’imagination des enfants, tant dans la projection que dans la réflexion.

Par ailleurs, la compagnie défend une réelle volonté de diffusion sur les territoires ruraux. En ce sens, elle travaille à mettre au point des dispositifs portatifs capables de s’adapter à des lieux non équipés. Ceci dans le but de rendre itinérantes des disciplines circassiennes qui ne le sont pas, en l’occurrence la corde lisse. Ce projet d’itinérance des disciplines circassiennes aériennes est un axe cher à la compagnie qui se mobilise concrètement pour la diffusion des nouvelles formes de cirque auprès de publics non-initiés.

Enfin, la compagnie SCoM développe une démarche de création militante en faveur de l’égalité femme-homme. Dans sa forme tout d’abord, elle veille scrupuleusement à ne jamais véhiculer – et donc reproduire – des stéréotypes sexués dans ses créations. En outre, elle veille à créer des rôles mixtes dans ses créations. Cette approche singulière sera poussée encore un peu plus loin dans le projet TRAIT(s) avec la mise en place d’un processus de création mixte (une circassienne et un circassien) d’un solo. Enfin, la compagnie développe un projet de création (2023) qui interrogera les manières dont la sexualité (au sens large : drague, séduction, érotisme, pornographie, pratiques sexuelles, orientations et inclinaisons hétérosexuelles, homosexuelles, bisexuelles) et ses représentations (liées aux pratiques) s’articulent avec la domination masculine.